Communiqués de presse

Gestion de la sécheresse en Essonne : constat de crise sur la nappe de Champigny

 
 
Gestion de la sécheresse en Essonne : constat de crise sur la nappe de Champigny

 

En alerte depuis le mois de mai, le niveau de la nappe du Champigny en rive droite de la Seine est à présent sous le seuil de crise.

 

La nappe de Champigny fait désormais l'objet de mesures plus strictes prévues par l'arrêté préfectoral n° 2011 - DDT – SE – 260 du 28 juillet 2011 fixant les mesures de restriction des usages de l'eau dans les communes concernées par la nappe du Champigny.

 

 

En Essonne, le Comité Départemental Sécheresse s'était réuni le 4 avril dernier. Il avait examiné les modalités de gestion de la sécheresse pour 2011. A cet effet, le Préfet de l'Essonne avait pris des mesures pour limiter l'usage de l'eau sur la nappe de Champigny Rive droite, dans le bassin de l'Orge et de ses affluents, ainsi que sur les usages agricoles de la nappe de Beauce Centrale.

 

La baisse des niveaux des rivières et des nappes se poursuit dans l'Essonne, malgré les précipitations orageuses des mois de juin et juillet. Celles-ci n'ont fait que la ralentir temporairement, sans que les débits de base ne deviennent plus élevés.

En alerte depuis le mois de mai, le niveau de la nappe du Champigny en rive droite de la Seine est à présent sous le seuil de crise.

 

La nappe de Champigny fait désormais l'objet de mesures plus strictes prévues par l'arrêté préfectoral n° 2011 - DDT – SE – 260 du 28 juillet 2011 fixant les mesures de restriction des usages de l'eau dans les communes concernées par la nappe du Champigny.

 

Les mesures de restriction des usages de l’eau prélevée dans la nappe s’appliquent dans les communes suivantes :

Boussy, Saint-Antoine, Brunoy, Crosne, Draveil, Epinay-sous-Sénart, Etiolles, Montgeron, Morsang-sur-Seine, Quincy-sous-Sénart, Saint-Germain-Lès-Corbeil, Saint-Pierre-du-Perray, Saintry-sur-Seine, Soisy-sur-Seine, Tigery, Varennes-Jarcy, Yerres

 

Les usages suivants sont réglementés dans les communes visées ci-dessus, lorsque l’eau ne provient pas du réseau d’eau potable mais provient directement de la nappe phréatique par forage :

 

 

Consommations des particuliers et collectivités

Mesures concernant Conditions d'application
Lavage des véhicules

Interdit, sauf dans les stations professionnelles équipées d'un système de recyclage et sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires ou alimentaires) ou technique (bétonnière...) et pour les organismes liés à la sécurité.

Les stations de lavage qui se seraient engagées auprès de la MISE pour mettre en place un système de recyclage ou un délai de 2 ans pourront bénéficier d'une dérogation.

Lavage des voiries, nettoyage des terrasses et façades ne faisant pas l'objet de travaux Interdit sauf impératif sanitaire
Arrosage des pelouses, des espaces verts et des massifs floraux publics et privés, des espaces sportifs de toute nature (sauf golfs)

Interdit.

Autorisé pour les massifs floraux entre entre  20 h et  8 h

Arrosage des jardins potagers Interdit entre 10 h et 20 h
Alimentation des fontaines publiques en circuit ouvert Interdite
Piscines privées réservées à l'usage personnel d'une famille Remplissage interdit, sauf pour les chantiers en cours
Plans d’eau Remplissage interdit sauf pour les activités commerciales

Consommations pour des usages industriels, commerciaux et agricoles

Mesures concernant Conditions d'application
Golfs

Interdit

Autorisé pour les greens et départs entre 20 h et 8 h

Activités industrielles, commerciales et de service (hors installations classées pour la protection de l'environnement) Limitation de la consommation d'eau au strict nécessaire
Installations classées pour la protection de l'environnement Doivent se conformer à leur arrêté
Irrigation des terres agricoles à partir de prélèvements en nappe

Grandes cultures : prélèvements totalement interdits

Cultures légumières, maraîchères et horticoles, pépinières et production de plantes aromatiques et médicinales : prélèvements interdits entre 10 h et 20 h sauf utilisation de dispositif économiseur d'eau ou demande de dérogation auprès du Préfet de l'Essonne à justifier en fonction des cultures.

 

 Cet arrêté préfectoral est également consultable en Mairie.

Des sanctions sont prévues. Tout contrevenant aux dispositions des arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l’eau s’expose à une peine d’amende de 5ème classe (maximum 1500 euros –3000 euros en cas de récidive). Les sanctions prévues aux articles L.216-3 à L.216-6 du code de l’environnement s’appliquent.

 

 

Le Préfet de l’Essonne pourra continuer, dans les semaines à venir, imposer des mesures de restriction réglementaires sur le reste du département en fonction de l’évolution de la situation hydrologique et des ressources en eau. En cas d'amélioration de la situation, les restrictions seront levées.